Le réseau Compact... et la crise

Publié le par Helene

La crise, comme dirait une amie, c'est un peu "comme un oeuf dur sans mayo devant le JT de 13 heures sur TF1..." Difficile à avaler. Et pourtant...

N'est ce pas le moment où jamais pour s'arrêter de courrir en tous sens, de prendre la voiture pour 2 km, de partir en vacances en avion, d'acheter le dernier gadget, de changer d'ordi tous les 2 ans, etc...

Un moment pour s'arrêter et réfléchir...

Quel sens ais-je envie de donner à ma vie?
Ma vie a-t-elle un sens dans la surconsommation?
Quelle place je prends / j'accepte / je choisis sur cette planète?
Qu'est-ce que j'espère pour moi-même et mes enfants et les futures générations?

La crise, c'est peut-être le bon moment pour se poser ces questions... et tenter d'y trouver une ou plusieurs réponses...

Est-ce-que ne plus pouvoir s'acheter le dernier jeu vidéo ou ne plus pouvoir se payer une semaine au soleil va me rendre malheureux? Non, certainement pas. Nos parents et grands-parents n'avaient pas accès à tout ça, et ils n'étaient pas maheureux pour autant! Toutes les études le disent: c'est dans les années 60, où la plupart des français n'avaient pas encore la télé et surement pas 2 voitures par foyer, que l'indice du bonheur était le plus élévé... Pas de jeux vidéos, mais pas de stress au boulot non plus. Une vie plus simple, plus cool. Où l'en s'entraidait entre voisins et amis.
 
Photo 14 - 2 CV Expo Show - Avec le C-Cactus en guestphoto: yahoo!

Et puisque la crise nous est imposée, essayons d'en profiter pour voir le côté positif... (oui, je sais, pour certains, c'est pas facile.)
Si on achète moins, on pollue moins.
Si on pollue moins, on rejette moins de CO2 dans l'atmosphère.
S'il y a moins de CO2, on va freiner le réchauffement climatique... Et ben ça, c'est pas rien!!!

Dans la liste des avantages à devenir compacteur/compactrice, on trouve, en vrac:

- freiner le réchauffement climatique, comme on vient de le voir
- freiner la raréfaction des matières premières (une croissance infinie est impossible sur une planète finie: il nous reste pour environ 50 ans de pétrole et 80 de fer, par ex) Ce qui n'est pas acheté n'est pas produit
- freiner l'utilisation d' énergies (pétrole, gaz, charbon) pour produire ces objets mais aussi pour les acheminer jusqu'à nous
- freiner la pollution: décharges sauvages et incinération; ce qui n'est pas acheté ne finira pas à la poubelle (moyenne de vie d'un objet: 3 jours!)
- freiner la pollution des sols et de l'eau par les pesticides, les engrais, etc (en achetant moins mais mieux: bio par ex)
- freiner la pollution de l'air en feinant/supprimant la voiture, l'avion, les pesticides, etc
- désencombrer sa maison pour (re)trouver un espace de vie zen et agréable
- travailler moins pour s'acheter moins d'objets... et passer du temps à faire ce qui nous plaît vraiment
- voyager autrement et passer des vacances différentes
- j'en passe et des meilleures...

Et puisqu'il nous reste 4 à 10 ans pour changer radicalement nos habitudes, moi je trouve que la crise arrive pile au bon moment (toujours mieux maintenant que dans 15 ans!)

Alors prendre le temps de réfléchir... oui. Et puis agir!

Car je trouve qu'il n'y a rien de pire que de rester chez soi à se lamenter sur le réchauffement climatique et la pollution ambiante, en se disant que le gouvernement (tous les gouvernements en fait) doit faire quelque chose... sans prendre soi-même sa part de responsabilité...

Devenir compactrice me permet de reprendre possession de ma vie, de ce que je veux pour moi et mes enfants, c.a.d. une planète propre où il fait bon vivre. En agissant au quotidien, je ne me sens plus frustrée... Je fais partie du problème quand je surconsomme, mais je fais partie de la solution quand j'arrête. Et ça, ça fait vraiment plaisir...

A la journaliste qui me demandait hier: "Alors, vous êtes fière de ne plus rien acheter?"... j'ai eu un blanc... et ça m'a fait rire. Je ne m'étais jamais posé la question!
Fière de quoi?  De rester chez moi à bouquiner quand je pourrais militer activement aux Amis de la Terre ou à Greenpeace? Alors franchement, devenir compactrice pour moi... c'est la version soft et paresseuse pour participer (à mon échelle) à la sauvegarde de la planète.

Et si en plus, j'évite le supermarché (une corvée!) la malbouffe, les embouteillages, l'encombrement de la maison, l'endettement, etc... je suis ravie!!! Pas fière, non, juste ravie.

Et vous, vous vous sentez comment?

Hélène

ps: 1/ jeudi 9 avril, un spécial "la crise: de nouveaux comportements apparaissent-ils?" sur France Inter de 7h à 9h. Vous pourrez entendre (30 sec?) Laure et moi-même.

2/ Je n'ai pas eu le temps de vous parler du n° 1 de Terra Eco, que le n° 2 vient de sortir en kiosque... Le dossier "Sommes-nous prêts à consommer mieux?" nous apprend que "92% des français se disent prêts à réduire leur consommation"... Vous voyez, c'est ringard de surconsommer... alors que de devenir Compacteur, c'est tendance!






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ma 10/05/2009 19:12

nos petites actions pour la planète à la maison:
trier les déchets,
règler l'eau chaude pour ne pas se brûler quand le réglage est au maximum,
laver le linge à 40 degrés maximum et sècher à l'air libre,
recycler grâce à freecycle, http://groups.yahoo.com/group/freecycleparis/
en hiver, chauffer à 19 degrés, même s'il faut mettre un pull à la maison,
c est basique, mais j'y crois

n-talo 03/05/2009 09:43

je n'ai rien à ajouter à ton texte qui reflette bien mon avis ... pourtant nous qui faisons un choix, d'autre ne le font pas et pour certains qui n'ont pas de travail, c'est une amertume de plus que de constater que le voisin peut consommer pas lui !est-ce qu'être privé de son travail, c'est être privé de son moyen de d'existence forcément ? justement, ce pourrait être l'opportunité pour rebondir sur un mode de vie différent (rien à perdre ?) comment convaincre ?

journaliste 16/04/2009 11:52

bonjour, je suis journaliste à Reims et, dans le cadre d'un sujet sur les nouvelles habitudes de consommation, je recherche des témoignages de "compacteur" ou "compactrice" à Reims et dans la région (Marne, Ardennes et Aisne).
Merci de laisser vos coordonnées sur mon mail perso :
antoinecrac@yahoo.fr

Helene 09/04/2009 23:39

Merci Estelle pour tes remarques. En ce qui concerne le fait qu'on soit bcp d'enseignants chez les compacteurs/adeptes de la SV/décroissants... c'est peut etre parce qu'on a la sécurité de l'emploi?... ou plutot parce qu'on a l'habitude de se servir de notre cerveau et de se remettre constamment en question? (il parait que c'est maladif chez les profs...)

Mais même avant, dans une vie antérieure, quand je bossais au World Trade Center à NY dans le commerce int'al, je faisais déjà attention à la planète, je descendais au boulot à pied (5km aller) et récupérais les fringues (en 1989...) Oui, on peut travailler dans le privé et se poser des questions sur la surconsommation et ses effets pervers sur la planète! Non, il ne devrait pas y avoir que des profs pour réfléchir quant à notre avenir!

Je ne me suis pas entendue ce matin (et comme d'hab', je n'arrive pas à écouter en podcast...) Je me demande pourquoi j'ai hésité quand au théatre, car mon conjoint est comédien, il joue en ce moment à la Cartoucherie de Vincennes et le mois prochain à Paris, une autre pièce... Je ne me vois pas arrêter d'aller au théatre, et j'ai dis que c'était bcp moins polluant que le cinéma, par ex (mais est-ce que ça a été gardé?)

J'ai par contre plus hésité pour les livres (car j'en achète tjrs, même si c'est bcp moins qu'avant, et je fréquente bcp plus ma bibliothèque communale) car non seulement ça pollue, mais on coupe des arbres... pour le réchauffement climatique, c'est pas terrible...

Merci Isolde d'être tjrs là; ton blog nous manque...

Et oui, Concierge durable, parlons de nouveau départ! Positivons! Ce qui manque au mouvement des compacteurs/décroissants/etc, c'est de montrer la force positive de ce mouvement... Ce n'est pas "zéro achat=c'est triste" (pour le citoyen lambda) mais: "je choisis de vivre sur une planète saine en arrêtant la surconsommation, et en même temps, je m'allège (la maison, la tête...) Je désencombre mon espace de vie et mon esprit... Je me sens mieux!"

Je crois que pour le coup, il y a un vrai travail de marketing (beurk!) à faire pour faire passer le message -joyeux- du "zéro achat"... mais j'ai l'impression qu'il n'y a pas grand monde pour s'y coller... Je me trompe? Ou alors, c'est parce qu'on entend plus ceux qui rouspètent ou les journalistes moqueurs?...

Tiens, au fait, on recrute pour les "invités du vendredi"...

estelle 09/04/2009 22:47

Je vis branchée sur France Inter et j'aime particulièrement cette tranche horaire, j'ai donc pu entendre l'interview ce matin : deux remarques = il y a beaucoup d'enseignants chez les compacteurs, décroissants, simplicité volontaire etc... serait-ce la sécurité de l'emploi qui autorise cette liberté ? (je fais partie de la maison alors je peux me permettre de me poser la question), ma deuxième remarque concerne la culture en général, tu hésites quand la journaliste te questionnes sur le théâtre, je trouve qu'il est vraiment important de préserver l'accès à la culture car que deviendrait la société sans culture ? mais c'est vrai que ce n'est pas toujours écolo. J'ai des amis qui sont comédien/metteur en scène et ils passent beaucoup de temps dans les avions, ils explosent leur bilan C02 très vite, et pourtant leur travail est vraiment original et intéressant ! alors la culture est-elle autorisée à polluer ?