Paul Ariès et la décroissance...

Publié le par Helene

Paul Ariès était interviewé par Laure N. la semaine dernière. L'article date du 4 mai, désolée pour le retard... mais je suis en pleine décroissance!

Voici 3 extraits de l'article, et je vous encourage à lire l'article en entier, c'est vraiment intéressant... sans parler des commentaires, jusqu'au dernier, où Paul Ariès répond.



Laure: D'obama à Borloo, tout le monde pique des idées aux objecteurs de croissance. Ca sent l'effet de mode, non?

Paul Ariès: Tout le monde se veut aujourd’hui écolo depuis, notamment, la mascarade du Grenelle de l’environnement. Conséquence : on parle de plus en plus de croissance verte, de capitalisme vert, bref on a tout oublié. Le pire est lorsque la décroissance passe dans certains médias pour être un discours d’adaptation à la crise. Comme si nous faisions la pub des hard discount et des prix bas, voire de la récupération dans les poubelles pour les plus pauvres. La décroissance n’est pas une stratégie d’adaptation individuelle ou collective à la misère du monde. Elle ne propose pas des recettes pour vivre avec moins et l’espoir de pouvoir reconsommer demain comme avant.

Nous ne sommes pas des consommateurs radins ou malins, nous sommes des militants politiques qui veulent changer le monde. Nous ne donnons pas des recettes pour apprendre à mieux se serrer la ceinture en conservant le sourire. Nous ne sommes pas dans l’union sacrée pour sauver le système. Nous cultivons le dissensus car nous pensons que ce système est foncièrement mauvais, immoral et dangereux.


Laure: Comment s’articule la décroissance ?


Paul Ariès: Selon trois formes de résistance. D’abord, la simplicité volontaire qui consiste à vivre en conformité avec ses valeurs. Cela semble aller de soi mais toute une tradition politique remettait aux lendemains du Grand Soir ce changement nécessaire des modes de vie et comme ce grand soir ressemblait souvent à des petits matins blêmes, on n’a finalement pas changé grand-chose. Tout ce qui va dans ce sens est donc positif, comme ne pas avoir de voiture, travailler à temps partiel, etc.

Mais si nous ne faisions que cela, la simplicité volontaire serait doublement dangereuse. Elle pousserait les objecteurs à se vivre comme les nouveaux parfaits, les nouveaux Cathares, à jouer à «plus-décroissant-que-moi-tu-meurs». La décroissance passerait alors d’un discours politique à une logique religieuse.

Le second piège serait d’entériner la division de la société et sa tendance à la dualisation. Notre but n’est pas de vivre entre nous une utopie concrète, il est de changer fondamentalement la société. Ensuite, les expérimentations collectives sont également indispensables. Nous devons bricoler des alternatives dans les franges, dans les marges et au cœur de la société.

Nous devons cependant être conscients que le capitalisme a une extraordinaire capacité de récupération. Il a détourné l’idée de microcrédit pour étendre la marchandisation. Il a dénaturé l’agriculture biologique pour en faire la bio-industrie. Pour finir, un troisième niveau de résistance, politique cette fois, est nécessaire.

(...) On peut reprocher tout ce que l’on veut à la société consumériste, mais on n’arrivera à sa cheville en matière de désir. Cette société sait capter le désir : nous sommes tombés dedans il y a soixante-dix ans et nous en voulons encore. Pour la décroissance, reste à rendre le projet désirable.


Et voilà, pour moi, tout est là: il faut arriver à rendre la décroissance désirable... Vaste projet, car quand on explique aux gens qu'on se sent mieux ainsi (plutôt que de regarder la télé, changer de garde-robe à chaque saison, s'offrir des cadeaux venant des supermarchés... on préfère travailler moins pour flâner plus et consommer moins pour polluer moins) on nous regarde en général avec des yeux ronds d'incompréhension!


Alors, comment rivaliser? Des idées?


Hélène


Commenter cet article

CA 03/06/2011 17:06


Généraliser un projet de décroissance va toutefois demander de s'attaquer à des variables lourdes difficiles à déplacer. Au moins faudrait-il commencer à les analyser en profondeur (ou continuer à
le faire, puisque des pistes ont déjà été lancées : http://www.mouvements.info/La-decroissance-soutenable-face-a.html ).


Le billet-poème 10/06/2010 16:18


La civilisation de l'AVOIR est bientôt finie...laissons la place à une civilisation de l'ÊTRE, avec une monnaie symbolique : le billet-poème ! Il ressemble à un billet de banque et propose un poème
accompagné d'une oeuvre originale d'un artiste. Pour accompagner la mutation vers une nouvelle société de croissance optimiste qui passe par le lien avec l'AUTRE !
A voir sur www.lebilletpoeme.fr


Eva 04/12/2009 13:48


Bonjour Hélène,
La décroissance, je m'y suis mise depuis plusieurs mois et je peux témoigner que ma qualité de vie s'en est trouvée considérablement améliorée. C'est comme si je sortais du brouillard pour
retrouver le soleil ! Je pensais que la simplicité volontaire me conduirait à une vie terne, tristounette... C'est radicalement le contraire.
Beaucoup adoptent cette d&marche pour des raisons écologiques ou financières, mais peu mettent en avant l'extraordinaire mieux-être que cela procure. On retrouve du temps pour soi, pour vivre
ses passions (la mienne étant entre autres la lecture).
Deux bouquins m'ont beaucoup aidé dans ma démarche : l'art de la simplicité de Dominique Loreau, et Vivre simplement pour vivre mieux, de Philippe Lahille. Sans oublier les nombreux ouvrages de
Paul Ariès ou Pierre Rabhi, pour ce citer qu'eux.
J'espère sincèrement que mon témoignage incitera un grand nombre de personnes à franchir le pas.
Eva


Sandra 12/09/2009 22:56

article pertinent

Arthur Diallo 03/09/2009 14:18

Il n'y a pas de courriél pour joindre Hélène directement, mais voici le site d'une décroissante transformatrice de société.