Etre décroissant sur une île ... (l'invitée du vendredi)

Publié le par Helene

Valérie a vécue des années avec son mari dans la région de Bordeaux avant de partir en famille sur l'île de la Réunion... Mais ici ou là bas, toujours le même désir de simplicité.
Alors, plus difficile ou plus facile d'être décroissant sur une île?
Hélène
ps: A celles et ceux qui voudraient partager leur expérience de décroissant , merci de laisser un "commentaire" dans ce sens et je vous contacterai.

Photo satellite de l'Ile de la Réunion

Être décroissante sur l'île de la Réunion


La décroissance et moi c'est une longue histoire d'amour...

Tout  à  commencé dans mon adolescence : à cette époque c'était un vrai plaisir de m'habiller "aux puces" , alors que tout le monde courait vers les dernières boutiques à la mode (c'était le début des chaines comme pimkie, promod....) et sans le savoir je commençais mon acte militant de décroissance, au début, surtout motivée par le côté "hors norme" et j'adorais déjà les vêtements avec une histoire....

Après trois enfants et des galères de pognon, les choses d'occasion étaient pour mon amoureux et moi un bon moyen de se meubler, de nous vêtir.... sans débourser des sommes énormes.
Et puis, au fur et à mesure , une idée plus militante et une conscience plus affirmée sur la folie de la consommation a pris place dans mes actes de non-achat.
Une revendication parfois mal menée par des "rechutes" surtout liées à la passion des livres, des CD, et parfois aussi la petite fringue vue sur le marché.
Mais bon, l'avantage avec la décroissance c'est que l'on peut toujours faire mieux donc on fait travailler ses méninges!

Aujourd'hui nous vivons sur l'île de la Réunion (depuis un an.) Etre décroissant sur une île n'est pas toujours simple et me fait travailler sur d'autres choses : doit-on vivre avec les mêmes besoins qu'en métropole ?  Comment orienter nos enfants sur d'autres manières de vivre ? ...

Comme je déteste les magasins et encore plus l'acte de "faire du shopping", mon amoureux nous a concocté des meubles "made in bois palette", et on a glané des choses à droite et à gauche car nous sommes venus à la Réunion sans rien, mis à part quelques cartons.

Côté vêtements, on échange avec les copines, et vive la "croix rouge" : 1 euros le vêtement pour adulte et une mine pour trouver mes tuniques indiennes.
Côté alimentaire, on mange un maximum local (sauf pates , riz , farine...) et on pratique l'échange avec les voisins : des bananes et légumes contre une aide aux devoirs....

               Marché Malgache (photo: Viso Terra)



Où cela se gâte, c'est quand on veut trouver le bouquin d'occasion (utile pour moi en ce moment qui reprend des études), la guitare pour l'anniversaire de ma fille... et du coup je dois repenser mes réflexes de consommation même dans l'occas' par manque de choix . Acheter moins cher sur e-bay et faire transporter par les airs ou la mer mon produit, c'est un peu moyen à mon goût.

Donc, je tente les lectures sur internet (et ça n'est pas facile car j'adore le contact du papier) et je me fais des fiches sur l'ordi même si c'est bien moins sensuel que le papier et le stylos.
Enfin, on a testé l'éléctro d'occas' (comme on a toujours fait en métropole) , mais après 3 fours d'occasion qui nous lâchent, on a dû se résoudre à en acheter un neuf...
Ici, humidité et chaleur plus fourmis qui se cachent dans l'électro ne font pas bon ménage!

Avec ce modèle de vie "décroissante", j'adapte ma vie à mon environnement et j'ai l'impression d'être dans l'action et de ne pas subir. La vie me semble quand même plus simple car je repense ma conso et mes besoins "réels" et non pas "illusoires"...

Prochaine étape: une installation dans quelques mois est prévue normalement à Mayotte; là encore il va falloir s'oganiser autrement et penser la consommation encore différemment!

Toutes mes amitiés ..." décroissantes",

Valérie.    
   

Commenter cet article

mamodea 27/11/2015 06:36

Bjr

Vivant moi mm sur la Reunion j aurais bien voulu lire votre temoignage, malheureusement n ayant plus d ordi j ai essayé de lire votre temoignage de mon telephone mais oula cet ecriture bleu me saute a la figure et je n arrive pas a lire! Dommage!!!

jenn 16/05/2013 02:43

quelle joie d trouver ce temoignage,

mon mari et moi voudrions partir vivre dans les ile et un échange avec vous serait très precieux. pouvez vous me contacter?

jenn 16/05/2013 02:41

je vous laisse donc mon email:

nichkalinca@gmail.com

merci beaucoup

zara/Esther 02/05/2011 10:08


excellent! J'adore lire des articles de ce genre, et je pense que je vais m’inspirer pour mon blog, que j'ai recommencé après qq années d'absence! merci pour tant d’inspiration!


daniele 03/06/2010 11:20


bonjour valérie, j'essaie d'entrer en contact avec vous.
je vous laisse un mail : lavieclaireversailles@orange.fr