Décroissance et pays du Sud

Publié le par Helene

Compact répond à vos questions... (4ème épisode)

Petit rappel pour les nouveaux lecteurs: en septembre dernier, j'avais mis mes idées au clair, grâce aux  journalistes qui m'assaillaient de questions... Ce qui m'a permi ensuite de laisser de temps à autre un post intitulé "Compact répond à vos questions". Pour réviser:
- Qu'est-ce que Compact? Et pourquoi zéro objets neufs?  (sept 08)
- Ne plus acheter de neuf, n'est-ce pas trop difficile?  (oct 08)
- Vous n'exagérez pas un peu avec votre histoire de pollution des objets neufs?  (fév 09)

Aujourd'hui, je vous propose deux nouvelles questions qui reviennent également fréquemment (lire par exemple les 150 commentaires laissés après l'article sur les compacteurs, dans Rue 89 - voir plus bas) :

Alors, vous êtes contre la croissance?...

La terre est ronde et finie, en espaces et en matières. La croissance, c'est prétendre aujourd'hui que c'est encore possible de faire une coissance infinie dans un monde fini... C'est soit une farce, soit une grosse escroquerie!

Concrètement, en réduisant notre consommation au minimum (est-ce si difficile de supprimer le superflu?  Sommes- nous déjà tous drogués au super confort?) nous parviendrons non seulement à répartir les richesses mais surtout à sauver la planète des catastrophes écologiques annoncées...

http://salma.artblog.fr/41490/DURBAN-AFRIQUE-DU-SUD/

Compact s'adresse t il à tout le monde? même aux pays émergents?


Personnellement, je ne trouve pas que Compact s'adresse à tout le monde... Les gens qui sont dans la précarité et la pauvreté (en France ou ailleurs) ne sont pas concernés par la "démarche Compact".

Compact ne s'adresse pas à eux, parce que:
- ils ne peuvent pas moins consommer que ce qu'ils consomment déjà...
- ils ne surconsomment pas et donc ne polluent pas tant que ça.

Les personnes qui sont dans cette situation ont tout mon respect...

Pourtant, tout le monde est concerné puisque la crise écologique est mondiale : pollution, perte de la biodiversité, réchauffement climatique, etc... et malheureusement, il semble que ce sont les pays du Sud, consommant beaucoup moins que nous, qui sont touchés en premiers par cette crise écologique et qui, pour l'instant, en subissent plus fortement les conséquences. Quelle ironie et quelle injustice!

C'est pourquoi, sans leur faire la morale (ça serait assez déplacé, je trouve) il faut néanmoins les informer... Et là, mon rêve, c'est que la Simplicité Volontaire, façon de vivre tout à fait courante dans les pays émergents, soit valorisée !

Ils ont tant à nous apprendre en matière de Simplicité Volontaire, que ça serait dommage de ne pas les écouter...

On est tous sur la planète terre, dans la même galère écologique... 
Compact cherche à inciter tout le monde à vivre plus simplement, sans sur-consommer pour arrêter de polluer. Nous, occidentaux pourris-gâtés, avons sûrement des leçons de "vivre simplement" et de "joie de vivre dans la simplicité" à apprendre des pays émergents!

Bientôt, un témoignage d'une famille installée à la Réunion.
Et j'espère un jour, des listes de diffusions (comme Compact-France) dans tous les pays francophones, notamment en Afrique...

Hélène


PS: pas de lien direct vers l'article de Julie Marceau, journaliste à Rue 89, mais cliquer ici dans "Société", et descendre au 10/06/09, 12h45...


Publié dans Questions - Réponses

Commenter cet article

Windows new operating system 31/12/2014 10:13

At the first read, I wondered what compact feeling that you are expressing all through is. This is all about the countries with the poverty and the poverty that rules the various domains of the countries.

concierge durable 13/10/2009 10:27


Au contraire...ma chère Hélène, je pense comme les 2 précédents commentateurs...si si, le mouvement compact s'adresse aux plus démunis, aux moins informés et aux plus fragiles socialement et
psychologiquement parce que bizarrement se sont souvent eux qui jettent pas mal de choses, sans se poser de question.

Ils pensent que le modèle à suivre est celui véhiculés par les pubs et du coup se sentent rabaissés parce qu'ils n'ont pas accès à ces choses.
Leur parler de la consommation raisonnée, utile, indispensable, c'est aller à la rencontre de leurs capacités de consommation, c'est les valoriser.

Moi qui a eu une autre vie, avec une bonne paie, à Paris, dans le monde de la pub, je ne souffre pas aujourd'hui de ma vie, plus modeste, éloignée des strass et paillettes, parce que justement je
suis assez forte psychologiquement et parce que j'ai cherché à changer ma façon de voir les choses.
Je sais que ce que je vis aujourd'hui est bien plus sain et essentiel que ce que je vivais hier.
Je n'achète plus de neuf, parce que je vois ce que les gens jettent: tondeuse électrique en parfait état, aspirateur, gazinière...

Je suis en train de convaincre ma mère (de 70 ans) qui voulait tout acheter neuf pour un studio
Le meilleur moyen est l'exemple et l'information.

Dire aux plus démunis combien il est plus important de dépenser les deniers précieux dans la nourriture que dans le superflu insatisfaisant de toute façon.


Le Naufrageur 02/08/2009 21:05

Bonjour à vous,

un commentaire qui va dans le sens de Cyrille.

Je pense que les mouvements compact, celui de la simplicité volontaire ou de la décroissance doivent s'adresser au précaires. En effet, nombre d'entre eux vivent mal cette précarité, cette impossibilité de consommer comme tout le monde et font des sacrifices pour acquérir des "signes extérieurs de richesse" (bagnole, hi-fi, chaussures, fringues...). Je pense qu'il faut s'adresser à eux non pas pour une réduction de leur consommation, mais pour leur dire que ce modèle n'est pas enviable !

Je pense que c'est sur le même mode qu'il faut apprendre des pays pauvres. Ceux qui ne subordonnent pas tout à la marchandise, car il n'en n'ont pas les moyens, mais vivent des échanges humains pour pallier à cette inexistence de "services". Là où il faut être honnête en revanche, c'est que cela est difficile et que ça demande une profonde remise en cause de notre manière de vivre.

Mais soyons clair, ce que nous devons d'abord changer, c'est nous-mêmes : les classes moyennes des pays riches, comme le précise H. Kempf. Les précaires ont d'autres priorités et les ultras riches (Bolloré, Sarkozy, Minc, Lagardère...) sont trop peu nombreux. (Un lien vers un de mes billets qui reprend h. Kempf : http://excroissance.wordpress.com/2009/04/23/comment-les-riches-detruisent-le-monde/)

Cordialement

cyrille 28/06/2009 13:01

Vos principes sont les miens mais j'essaie toujours de faire une critique de mes propres principes. un exemple : acheter d'occasion ou récupérer des objets est en effet une bonne chose mais de la même manière si personne n'achetait neuf, comment pourrions nous acheter d'occasion?
je trouve donc un peu excessif de ne rien d'acheter de neuf. est-ce qu'il n'est pas aussi louable d'acheter un objet neuf, et de le donner si on en a plus besoin?
c'est un équilibre à trouver.
de plus, je pense que compact devrait également s'adresser aux pauvres car je connais des personnes pauvres qui préfèrent acheter du matériel hi-fi neuf et haut de gamme dont il n'ont pas forcément besoin au détriment du nécessaire, ce phénomène est très fréquent chez les nouvelles générations qui sont pauvres et qui se laissent influencées par la publicité et les médias. Donc je ne pense pas que ce soit une question de revenus.

estelle 14/06/2009 10:21

J'adhère toujours à tes articles et j'essaie à mon niveau mais je me donne du temps pour apprendre à changer ma façon de vivre et de consommer, je fais les choses en toute conscience, je ne consomme plus de manière mécanique. J'avoue ne pas avoir encore réussie le zéro achat neuf. J'achète pourtant un maximum chez Emmaus mais j'avance et j'informe mes enfants qui sont impliqués. Bonne continuation.