La "low conso"

Publié le par Helene

Je vous livre ici quelques articles sur cette nouvelle tendance qui s'appelle la "low-conso", ou consommer moins et mieux.

 


Bon, ok, nous, chez Compact, on est + dans la "no-conso" (c'est fini, on arrête de consommer le superflus, basta, c'est la grève, le boycott des supermarchés et autres centres commerciaux!).

Cependant, la low-conso est intéressante car plus abordable pour le consommateur lambda, qui commencera certainement par la "low-conso" avant d'être irresistiblement attiré chez les rebelles de la "no-conso"...

Lu dans 20 Minutes, 27.10.08
Low-conso
C'est une élite qui a forgé ce modèle, aux accents écolos. Il s'agirait de choisir de consommer moins, mais mieux. L'idée est de rejeter le surplus (ne plus utiliser de voiture, acheter des produits de seconde main...)


http://www.hamaclub.fr/Carolina/hamac_carolina_6.jpg     

(Photo: hamaclub)


Vu sur le Net: Le Figaro, 05.09.08

Ces familles qui décident de moins consommer, par Cécilia Gabizon

“Au premier semestre 2008, les Français ont réduit de 0,7 % leurs achats de produits de grande consommation. Ils sont de plus en plus nombreux à choisir la «low conso». Les Français consomment moins. Une première depuis les Trente Glorieuses. (...)
Inédite, cette baisse pourrait marquer une rupture durable. Car cette nouvelle frugalité, imposée par les menaces sur le pouvoir d’achat, fait des adeptes. Certains revendiquent maintenant la «low conso» comme un mode de vie, loin de la frénésie qui avait agité les précédentes décennies. «Ce sont principalement les familles aisées, animées du sentiment que le tout consommation ne mène à rien», analyse le sociologue Gérard Mermet, de Francoscopie. (...)

Les préoccupations écologiques, grandissantes, s’étaient déjà incarnées dans les produits bio, le commerce équitable, et elles évoluent maintenant vers le consommer moins.”

Lire l'article entier ici.

Lu dans 20 Minutes, 27.10.08

La richesse ne fait pas le bonheur, par Valérie Zoydo

Des études de l'université du Michigan (2002-2003) ont montré que sur une longue période, le sentiment de bonheur reste stable alors que le pouvoir d'achat augmente. (...) En attendant, il semble que les français soient les derniers en UE sur tous les indicateurs de bien-être. "Ils cristallisent sur la question du pouvoir d'achat, des angoisses existentielles." Certains veulent consommer pour remplir un vide" conclut Philippe Moatti.

Lire l'article entier ici.


Et oui, c'est dit !

On consomme pour remplir un vide... Comme je le disais dans un post précédent, la surconsommation, pour moi, c'est comme une drogue.

Ca provoque peut-être une minute de plaisir, pour oublier quelque chose de désagréable (je m'ennuie, j'ai pris du poids, il pleut, etc.) mais très rapidement, on se sent mal : parce que cet objet ne me servira à rien, parce qu'il va encombrer la maison et donc mon espace de vie, parce que j'ai dépensé de l'argent pour pas grand'chose, ça va casser super rapidement, c'est du gâchis, parce que ça va polluer dès que cet objet sera jeté, comment sera-t-il recyclé ? etc.


Ce "vide" qui est en nous ne sera jamais comblé par un acte d'achat, quelque soit l'objet en question...

Peut-être qu'une solution pour s'en sortir, c'est de commencer par faire le vide dans sa tête... pour arriver plus facilement à faire le vide d'objets autour de soi...


Prendre le temps de s'écouter vraiment, savoir ce qu'on aime et ce dont on a réellement besoin.

Prendre le temps d'écouter cet "ennui" ou cette "prise de poids" prendra sûrement plus de temps que d'acheter n'importe quoi, mais au long terme, la planète et... nous même, on s'y retrouvera!



Hélène
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier 02/12/2009 22:19


je vous propose cette formule (je vous fais grace de la demonstration...): bonheur = richesse / besoins


dcjo 10/01/2009 21:48

De mon côté c'est plutôt lm'inverse, faire le vide en objets pour pouvoir faire le vide dans la tête et réussir à se recentrer sur l'essentiel.

Félicitation pour le blog et l'initiative générale.

Céline 05/12/2008 14:24

C'est vrai que la version low-conso est plus accessible ... on y vient, peu à peu. J'ai la chance d'avancer au même rythme que mon conjoint et ma fille n'a qu'un an donc n'est pas encore sensible à certaines sirènes. En revanche, que c'est difficile de faire passer le message à l'extérieur de ce petit cercle familial. Pourtant, certains gaspillages (tous ces cadeaux pour ma fille) m'irritent de plus en plus.

Hélène 02/12/2008 23:45

@ jmfarini: pour moi, ça sera "no-conso" en objets neufs et local, bio de préférence et équitable dès que c'est possible, quant à l'alimentation...
@ Julie: merci pour le lien! il faut faire un post là dessus!

jmfarini 02/12/2008 15:59

Low conso ou conso équitable ?