Decroissants : en ville ou à la campagne?

Publié le par Clemence

C'est lundi.

Une nouvelle semaine.

Bientôt un nouveau mois.

Mais aussi... une nouvelle question.


Après quel métier est décroissant, l'interrogation aujourd'hui est:

Décroissants: en ville ou à la campagne?


Non, je ne suis pas en train de me demander qui sont les + sérieux.

Ni même de lancer un grand sondage où sommes-nous les + nombreux.

Ni même encore notre endroit préféré pour passer nos vacances.

Non, non.

La question est plutôt de savoir si en étant décroissant, il vaut mieux vivre en ville ou à la campagne.

En reformulant pour faire simple :

Où est ce le + facile et le + adéquate de vivre la décroissance?


Décroissant à la campagne ?

Ma première pensée est évidente : "à-la-campagne-il-fait-bon-vivre-pour-les-écolos".

Retour à la terre.

Retour à la nature.

Une vie + saine et - polluante qu'en ville.

Le mythe de l'homme heureux qui cultive son potager.

Certes. Sans doute.

Mais je ne sais pas si cela est aussi "vrai" qu'il y paraît.


- Le transport

Le transport est + difficilement collectif dans les petites villes, villages et hameaux.

L'absence de lignes de bus / train /métro à horaires réguliers pousse forcément à utiliser + souvent un mode de transport individuel.

Et on se retrouve à faire une dizaine de kilomètres quotidiennement en voiture.


- L'habitat individuel

Comme son nom l'indique, cet habitat est individuel et non collectif.

Du coup, plutôt que de chauffer - amener l'eau - les égoûts à un immeuble, on doit le faire pour une maison + une maison + une maison.....



Et la ville ?

La ville : une solution + collective?

Ce qui peut paraître logique en termes de "collectif" posent quand même quelques questions.


- La disponibilité 

Et oui, une ville ce sont des immeubles certes mais aussi des magasins.

Donc la possibilité d'acheter.

Et.... + de tentations.

Et + de sorties tournées vers l'achat et la consommation. Et beaucoup - vers les balades et le plein air.


- Le manque de place dans le jardin

Exception faite de quelques chanceux, en principe en ville on a pas / peu de place pour vraiment jardiner.

Alors adieu tomates, salades et radis à cultiver.

Adieu aussi le grand air et la détente made-in jardins.



Alors campagne ou ville ?

Ville ou campagne?

Comme on le voit, faute de connaissances, je n'ai pas d'avis vraiment tranché.

J'ai surtout vécu en ville et je trouve ça frustrant de ne pas avoir de place pour jardiner.

En même temps je me disais, est-ce que vivre à la campagne ne va pas devenir problématique d'ici quelques années si l'on anticipe tous les problèmes qui vont être liés à l'énergie et au pétrole?


Donc si certains d'entre vous ont des arguments, des experiences, des données.... N'hésitez pas !



Clémence

Publié dans Questions - Réponses

Commenter cet article

Martine 19/03/2009 18:26

Aussi il ne faut pas oublier que les logements sont beaucoup moins chers à la campagne !

marie-noelle 14/12/2008 09:16

ville ou campagne ?
le reponse est simple : entre les deux !
moi qui est vécu les deux, et aussi entre les deux, je peux te dire que le meilleur confort de vie, pour avoir les avantages des deux, c'est un petit appart d'une petite copro sympa avec jardin, dans un quartier ouvrier d'une banlieue de ville moyenne, à proximité d'une ligne de bus décente, avec possibilité de belles balades a pieds en partant de la maison, etc...
j'ai trouvé ça a Toulouse et a Grenoble, mais hélas, ces villes sont devenues un peu grosses et assez polluées. Il faut bien choisir son quartier fonction des vents dominants, ce qui ne va pas de pair avec les "quartiers ouvriers" d'antan !
mon critère de ville "vivable" : une bonne salle de cinema, et une bonne cooperative ou marché bio.

Valerie 04/12/2008 15:54

Je ne vois pas de difference liees a l'eau, le petrol, l'electricite que l'on vive a la campagne ou en ville. Pareille pour tout le monde (en france)...mais je pense qu'il est preferable de vivre pres de son emploi. Je ne peux vivre dans le beton, donc je prefere l'espace et la campagne ou il y a des arbres, beaucoup d'arbres. Je m'y sents mieux, et j'achete BIO.

adrien 28/11/2008 13:46

2 bouquins sur la vie à la campagne (choisi par le magazine engagé "L'Ecologiste"):

"L'avenir est à la campagne" (http://livre.fnac.com/a2468277/B-Farinelli-L-avenir-est-a-la-campagne?PID=1&Mn=-1&Mu=-13&Ra=-1&To=0&Nu=1&Fr=0)

et "Revivre à la campagne" ( http://livre.fnac.com/a1912639/John-Seymour-Revivre-a-la-campagne?Mn=-1&Ra=-1&To=0&Nu=1&Fr=0)

Concernant ce dernier: "Tout sur l'autosuffisance sur quelques mètres carrés ou sur quelques hectares : le livre mythique sur le sujet !" (The Ecologist)

sabartes 27/11/2008 09:12

Nous ne voyons que les problèmes rencontrés aujourd’hui, les petites frustrations journalières, mais à mon avis la décroissance implique une réelle projection vers l’avenir et un choix de mode de vie nouveau, créatif et donc différent.
Lorsque je parle de vivre à la campagne, c’est dans un esprit de décroissance, c'est-à-dire de vivre et de travailler à la campagne.
Le fait d’habiter à des kms de son travail, n’est pour moi que le prolongement de l’urbanité et le résultat est trop souvent des villages dortoirs, où la vie sociale s’efface, où les commerces ferment, le temps manque à ces habitants qui passent des heures dans les transports pour aller au travail, aller au supermarché, porter les enfants à droite à gauche et qui passent leurs weekend à préparer la semaine qui vient.
La raréfaction proche des énergies fossiles liées aux transports devrait encore à mon avis accentuer la ruée dans les villes au détriment de la campagne, pourtant avec le développement par exemple d’internet et des vidéo conférences, certains types de jobs pourraient s’effectuer de chez soi, mais c’et un autre débat.
La décroissance est avant tout, un nouveau choix de société.