Croissance verte vs décroissance

Publié le par Clemence

Avec tous les discours sur l'environnement, discours politiques mais aussi discours d'entreprises, une petite question me passe par la tête.
Parlons-nous vraiment de la même chose?
Parlons-nous vraiment du même environnement?
Parlons-nous vraiment des mêmes solutions?

De même que la division droite - gauche et pro-Pepsi - pro-Coca-Cola, il me semble qu'il existe une division bien réelle entre deux discours qui sont actuellement faits sur l'environnement.


A côté des décroissants / slow conso / simplicité volontaire, se trouve un mouvement qui a le même objectif annoncé : sauver la planète. Même objectif annoncé mais qui n'utilise absolument pas les mêmes moyens pour y parvenir.

Pour faire simple, appelons ce mouvement `La croissance verte`.
L'idée est de continuer de produire au même niveau qu'actuellement mais en produisant "vert".
En gros, faire des voitures, des machines à laver, des avions qui soient respectueux de l'environnement.
En gros, utiliser du papier recycle, rédiger des rapports dits de développement durable, faire des produits partages type 1 chemise cartonnée achetée = 1 arbre planté.
En gros, pour nous citoyens et consommateurs, ce serait la solution pour continuer d'acheter mais en version un peu plus verte.

Cette vision de l'environnement présente de nombreux avantages :
- Avantage économique of course, car qui dit nouveaux besoins à combler dit nouveaux bénéfices engrangés.
- Avantage social aussi, car qui dit besoins de production dit aussi besoin de main d'oeuvre.
- Avantage politique également, car c'est tout de même + simple pour un gouvernement de dire "ne vous inquiétez pas, vous pouvez continuer de consommer" plutôt que l`inverse.

En fait, l'avantage de cette vision est de donner confiance.
En effet, quoi de plus rassurant que de se dire que l'environnement est un nouveau défi auquel la société peut apporter des solutions en produisant de nouveaux objets. Finalement, vu comme ca, la solution c'est de produire les gentils objets qui ne polluent pas.

Mais surtout cette vision me paraît présenter un avantage psychologique.
En annonçant que l'on va tout remplacer par du vert et que l'on va faire du développement durable partout où cela est possible, on évite de se remettre en cause et....On évite de remettre trop fondamentalement en cause son comportement face à l'acte d'achat.

Comme je le disais déjà en ce qui concerne le mariage vert, tout cela ressemble davantage à de la peinture qu'à un changement profond de la société. Car si l'on suit cette logique, on devrait alors jeter tous nos objets par des objets + écolos et faire une immense session de shopping vert.

En effet, aujourd'hui la question n'est pas uniquement ce que nous consommons.
Mais aussi et surtout comment, dans quelle proportion nous le consommons...



Clémence


NB1 : Je ne dis pas que les produits respectueux de l'environnement ne sont pas bien. Loin de là.
Je dis juste que ce n'est pas la seule solution durable !

NB2 : Il paraît (selon une source paternelle) que quelqu'un a écrit sur le sujet... Je serai ravie d'avoir les références !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sabartes 19/11/2008 15:49

Tout a fait d’accord avec toi et il n’y a aucune raison d’acheter des produits en Chine si l’on peut avoir l’équivalent prêt de chez soi. D’où aussi l’évocation des emballages consignés qui permettraient par exemple pour ton yaourt de rendre l’emballage vide (Le contenant) et d’en avoir un autre rempli, sans chaque fois provoquer la fabrication et la destruction d’un nouvel emballage.

Hélène 19/11/2008 14:30

Entièrement d'accord pour favoriser la production de proximité!

Par contre, pour le retour des emballages... pas sur que ça soit une bonne idée: je vois d'ici les containers pleins d'emballages repartir en Chine... bonjour la pollution maritime!

Mais laisser les emballages chez le marchand du coin: oui! Il m'arrivait de laisser les suremballages de pots de yaourt au supermarché (et ils n'aiment pas ça!) J'achète maintenant le yaourt au litre, dans des sacs plastiques (trouvé que dans les magasins bio...) Bref, si on faisait tous ça pour tous les produits, les distributeurs auraient tôt fait de privilégier des produits non-suremballés...

sabartes 19/11/2008 14:03

Je pense que nous seront capables de changer le jour ou les problèmes seront pris à la source et nous passerons d’une société individuelle de dérégulation à une de collective de régulation.
Je m’explique :
- Aujourd’hui il faut que l’individu pour ne pas culpabiliser éteigne complètement sa télé, car c’est très grave … A côté de cela des milliers de KW, chaque nuit, sont grillés pour éclairer des routes vides ou des publicités nocturnes …. Et l’on trouve cela normal.
- Aujourd’hui seul l’individu a le devoir de sélectionner les bon produits, c’est sa responsabilité, alors que sans entraves les industriels fournissent des produits transportés sur des milliers de km, élaborés par une masse croissante de travailleurs pauvres à la limite de l’esclavage, ces produits ont souvent 2 à 4 couches d’emballages et une fois périmés ou n’ayant pas prix preneurs, jetés ou détruit pour rien… et l’on trouve cela aussi presque normal !

- Le jour ou les productions de proximité serons favorisées …
- le jour ou l’énergie sera utilisées à des fins vraiment utiles ….
- le jour ou une vraie politique de recyclage sera en place et effective dès la production avec par exemple le retour des emballages consignés….
- Le jour surtout l’homme ne sera plus utilisé comme variable économique ….

Ce jour la nous aurons la preuve d’une vraie volonté de changements..…

Et je n’ai pris que quelques exemples

Hélène 13/11/2008 01:28

Très bonne idée Adrien! Qui veut commencer?...

adrien 10/11/2008 13:19

Oui Clémence les entreprises savent se servir du marketing (je viens d'être diplômé d'une Ecole Sup de Commerce) plus ou moins adroitement.

Quant à la non-consommation,j'ai souvenir tout de même d'une marque de sac-à-dos qui indiquait sur l'étiquette "achetez-moi uniquement si vous en avez besoin".
Amusant.

D'autres entreprises vendent toujours certes, mais des services et non plus uniquement des produits, c'est le cas de XEROX. Le discours "consommez mieux" passe, il est vrai, bien mieux que "consommez moins"..

Un "décroissant" (je n'aime pas trop mettre des gens dans des boîtes, tant il existe des divergences au sein même d'un mouvement) devra démontrer que l'emploi ne dépend pas que de la consommation, elle-même génératrice de croissance économique. Des bouquins là-dessus existent (avec des auteurs comme Cheney, Latouche, Ariès,etc.)
A ce propos, il serait pas mal un jour de faire un post sur ces bouquins et que chacun donne son avis.

adrien