Compact répond à vos questions... (2ème épisode)

Publié le par Helene

Voici, comme promis, la suite de la rubrique "Compact répond aux questions du public et des journalistes."

La question: " Ne plus acheter de neuf, n'est-ce pas trop difficile?" (et sa variante "quand même, ça doit être dur, non?") m'a été systématiquement posée par tous les journalistes (sauf France Culture, peut-être.)

C'est une question qui m'amuse, ça prouve à quel point la Simplicité Volontaire interpelle; les journalistes entrent là dans un monde inconnu... comme si on ne pouvait se définir ou être heureux qu'en consommant!

Alors voilà, pour moi, la réponse est non: ça n'est pas du tout difficile d'arrêter de surconsommer! Au début, parce que j'étais super motivée pour ne pas alourdir mon empreinte écologique sur la terre et faire ce qui me semble bon pour la planète, et très rapidement, je me suis rendue compte que la vie est plus facile et plus simple ainsi, et donc c'est bon pour moi aussi.

Passer du temps en dehors des supermarchés et autres centres commerciaux (je fais mes courses en caddie près de chez moi et n'y achète que l'essentiel) et surtout ne pas me poser la question "qu'est-ce que je vais m'acheter maintenant?" me libère un temps précieux pour d'autres activités beaucoup plus interessantes.

A partir du moment où j'ai des activités dans la vie qui me satisfont et me "remplissent", je n'ai pas besoin de remplir ma maison avec des objets qui me seront inutiles (puisque j'ai déjà tout ce qu'il me faut d'essentiel.)

Si j'ai parfois encore des pulsions d'achat (de plus en plus rarement, personne n'est parfait! ça m'arrive une fois tous les x mois...) je me rabas sur les brocantes ou les boutiques d'occasions: mon petit  plaisir va encombrer la maison, certes, mais au moins, c'est recyclé... il m'arrive aussi d'essayer de fabriquer l'objet de tous mes désirs, ça n'est pas toujours très réussi, mais au moins j'ai passé un bon moment en m'amusant!

(Ci-contre, un calendrier de l'avant en tissus, qui fera plusieurs années... et qui sert de menus rangements en dehors du mois de décembre.)

Je pense que la consommation est comme une drogue: c'est quelque chose de destructeur, et soit on ne s'en sort pas et on est toujours malheureux et insatisfait, soit on fini par s'en passer avec de la volonté au départ, l'aide des proches éventuellement, et le fait de se rendre compte assez rapidement que c'est mieux pour soi! Pour la santé, le moral, pour l'idée que l'on se fait de soi-même...

Etant prof en maternelle, je suis toujours étonnée des premières phrases des enfants. Invariablement, c'est:
"Maman m'a acheté...des baskets roses... un tee shirt spiderman... "
 Déjà à 2ans 1/2 - 3 ans, leurs premiers mots en classe tournent autour de la consommation. Je comprends pourquoi c'est si difficile pour certains adultes de se libérer de l'acte d'achat... Ca a fait partie de leurs première envie de communication!

Quand on me pose la question: "pas trop dur de ne plus rien acheter?" invariablement, je réponds: "Non! Ce qui est vraiment difficile pour moi, c'est de ranger la maison et de la désencombrer..." Car même en n'achetant plus d'objets neufs, et en offrant régulièrement mes objets sur Freecycle, aux amis, en faisant des grands dons, en vendant en brocante... j'ai toujours trop de "trucs" inutiles qui m'encombrent.

Hélène


Publié dans Questions - Réponses

Commenter cet article

Sylk28 05/12/2008 15:05

Je vous félicite pour ce mouvement. C'est vraiment une bonne idée et je me rends compte que je suis à une plus petite échelle la même philosophie.
Je voulais juste vous faire remarquer que ce que l'on commence à faire dans les pays industrialisés, se fait déjà de force dans les pays en voie de développement! En effet, dans ces pays la récup est obligatoire et la frugalité une nécessité. C'est bien pour ça que ce sont eux l'exemple à suivre et pas nous, les riches occidentaux! Cela semble bien être le seul moyen de sauver la planète de la surconsommation...
Meilleures salutations de Genève (Suisse).

Wonder Compact 14/10/2008 20:24

Je ne connaissais pas le mouvement Compact mais c'est très intéressant. Ne pas (ou presque) consommer pendant un an (et après d'ailleurs ?) me paraît une initiative aussi écologique que créative (les contraintes stimulent l'imagination). Sans vouloir faire de la retape pour mon blog, je suis quant à moi adepte des trouvailles dans la rue. Je n'achète plus, j'attends de trouver dans la rue : mes crayons, mon clavier, ma souris, mes meubles...

ervalena 08/10/2008 16:45

tu as bien raison! Je vais de plus en plu rarement dans les centres commerciaux. Il y en a un à 7 km de chez moi. Tout de suite mentalement je vois s'afficher 15km d'essence à dépenser... mais pour quoi? et ça tempère mes ardeurs tout de suite! Aujourd'hui j'y ai été mais j'ai groupé pour 4 démarches différentes.,et quand j'achète , toujours le même travail mental:
- en ai-je vriament besoin?
- ai je la place?
Et je m'aperçois qu'avec ce procédé, je dépense bp moins!
Le plus dur c'est désencombrer. Je trouve des astuces pour contourner le manque de place (voir mon article ), car j'ai eu la tentation d'agrandir ma maison, puis je me suis aperçu qu'en gérant autrement on peut y arriver!
Seulement comme je suis en couple c'est plus lent car ma moitié a du mal à ranger ses papiers et à se séparer de certaines choses qui ne servent jamais, qui vont "en attendant quoi en faire" dans le garage!
L' autoéducation c'est long!
- est-ce beau ET utile?

Hélène 08/10/2008 14:34

Et nous, on compte bien s'acheter un jour des panneaux solaires.

kodile 08/10/2008 13:51

Soyons exhaustif : ne pas consommer permet aussi de faire des économies, non ? Ne pas finir systématiquement dans le rouge à la fin du mois, n'est-ce pas réjouissant, aussi ? (comme dirait Anne Parillaud dans les années 80... "et, avec les économies ? Ben, j'achète des pulls !")