Téléphones portables et antennes relais: mieux vaut être informé...

Publié le par Helene Noel, Laure Noualhat

J’ai rencontré il y a quelque temps une amie qui a résilié son abonnement  de téléphone mobile. « Mais pourquoi tu as fait ça ? T'es dingue!» me suis-je écriée…
Et bien voilà plusieurs raisons, chacune étant suffisamment valable à mes yeux :

- les portables « grillent » le cerveau, car ils sont sur la même longueur d’onde que les mico-ondes = ils chauffent les mollécules d'eau de l’intérieur vers l’extérieur… ce qui veut dire que lorsque l'on ressent une sensation de chaleur à l’oreille (ce qui est le cas de mon conjoint au bout de 5 à 10 min) le cerveau est déjà chaud depuis un moment… (moi, ça ne fait "que" me chatouiller au bout de 2 ou 3 min... Et vous, ça vous chatouille ou ça vous gratouille?)

- de nombreux cas de cancers ont été imputés aux portables, que ce soit oreille, cerveau, testicules (quand les hommes les ont dans la poche) etc…

- même lorsque vous n'êtes pas en train de parler au téléphone, votre portable emet des micro-ondes pulsées toutes les 2 secondes (il cherche l'antenne la plus proche), c'est pourquoi il ne faut pas le garder la nuit près de soi (et s'en servir comme réveil par exemple.)

- pour que les téléphones portables fonctionnent, il faut des antennes relais sur les toits des immeubles or il a été prouvé par plusieurs scientifiques qu’elles sont très nocives pour l’organisme : cela va du mal de tête, aux  vomissements, réactions cutanées,  raideur de la nuque, leucémie et cancers en tout genre ... La liste des troubles constatés à proximité des antennes relais de téléphonie mobile est visible sur
Santé Publique Editions.

- pour limiter les risques, il faut se trouver à plus de 300m d'une antenne (souvent 3, 6 ou 9 antennes sur les immeubles: 3 pour couvrir 360°, et comme il y a 3 opérateurs différents...) En ville, c'est mission impossible: allez voir sur Cartoradio pour voir où les antennes se situent près de chez vous: entrez votre ville puis votre adresse. Bon courage!

- à Saint Cyr l'Ecole dans les Yvelines, 11 cas de cancers pédiatriques (dont 5 tumeurs cérébrales) ayant causé 5 décès d'enfants ont été constatés dans un groupe scolaire surplombé depuis plusieurs années par des antennes relais...
Sur ces 11 cas de cancers, 2 étaient un "gliome du tronc cérébral", forme rarissime de cancer du cerveau: en France, cette maladie touche 0,7 enfant par million: comment expliquer alors qu'il y en aient 2 dans la même classe?? pas un hasard pour moi!

- certains disent qu’il ne faut pas dépasser 6 minutes de communication par jour, d’autres scientifiques disent qu’il faut tout bonnement les supprimer de sa vie mais tous s’accordent à dire que c’est EXTREMEMENT DANGEUREUX pour le cerveau des enfants et des ados, le cerveau humain n'étant "fini" que vers 20/25 ans…

- Jean Marie Pelt expliquait en octobre 2007 que les téléphones  portables sont composés  de tantale (ou coltan), "un minerai qui a pris une valeur colossale parce qu'il est nécessaire à la fabrication des ordinateurs et des téléphones portables"; Les 2 plus gros producteurs sont le Brésil et l'Australie, "mais ils ne peuvent plus répondre à une demande qui augmente à la vitesse à laquelle nous consommons les ordinateurs et les tél portables". Donc, "on exploite le tantale dans des conditions lamentables en République démocratique du Congo (...) Les mines s'effondrent sur les mineurs, il y a des quantité de morts... C'est dramatique, mais on tire du coltan. Et ce coltan est vendu pour une bonne part sur des marchés parallèles. On le blanchit, comme on blanchit l'argent (...) Ce trafic a amené toute une population extérieure sur les mines. Il faut que ces gens mangent. Alors, ils se nourrissent en grande partie de ce qu'on appelle la "viande de brousse"; ce sont des singes, que l'on tue, et en particulier des grands primates, des gorilles. Ce sont des okapis, que l'on tue aussi.
Il y a donc un rapport tout à fait surprenant entre nos téléphones portables et nos gorilles."

- je ne vous parle même pas des autres matériaux qui entrent dans la fabrication de nos portables: ils sont hautement polluants et ingérables au niveau du recyclage!

- pour des personnes pronant la simplicité volontaire, c'est plutôt sympa de revenir aux vraies valeurs: on s'appelle rapidement sur le fixe pour se fixer un RV, où là, on pourra prendre le temps de se voir et se parler... communiquer vraiment!

Bon… ce qui est sûr, c’est que :
- mon cerveau est presque aussi important que celui de mes enfants...
- mes enfants ont interdiction formelle d'y toucher
- je le garde fermé toute la journée et ne l’ouvre que le soir pour récupérer mes messages: les copines, vous êtes prévenues!
- je ne m’en sers plus qu’en cas de force majeur et préfère les textos (urgence nourrice par ex)
- je vais apprendre à m'en passer pour être "clean" pour:
- les prochaines résolutions de début d'année: on arrête le portable! (ça me laisse 8 mois, ça ira) Car comment être crédible vis à vis des enfants si je continue?

Je ne suis pas du genre à « arracher le sparadrap d’un seul coup »… c’est comme pour les additifs alimentaires ! Avant d'être totalement sevrée, je vais restreindre mon utilisation, jusqu'à ne plus en avoir besoin…
Parce l’idée de recevoir des ondes qui abîment mon corps et celui de mes enfants via les antennes relais est déjà assez insupportable comme ça ; je ne vais pas en plus m’infliger moi- même un cancer au cerveau en utilisant un portable dont je peux tout à fait me passer !

Y'a dix ans, sans portable, on vivait comment? Plutôt bien, non?
Ouf! Heureusement, il reste les cabines dans la rue... ça va me rappeler ma jeunesse!

Hélène

PS: je vous recommande la lecture de: "Téléphone portable, comment se protéger?" et de "Les jeunes et le portable: Alzeimer à 35 ans?" deux ouvrages écrits par la journaliste scientifique Annie Lobé.

Publié dans Alerte

Commenter cet article

ervalena 07/06/2008 09:59

je suis au courant de tout ce que tu as écrit... mais une fois de plus on ne va pas diabolisier tout ce qui est dit "moderne" sinon on n'a qu'à revenir à l'âge de pierre, et ne s'éclairer qu'aux bougies et se vêtir de peaux de bête (et encore je rsique de faire hurler BB). Non, il faut avoir du bon sens: les gens passent d'un exwtrême à l'autre. Le portable, il ne me sert que quelques minutes, et pas tous les jours mais on est bien content de l'avoir en cas de nécessité absolue. Il a bien sauvé des vies aussi! je pense à la jeune fille séquestrée dans un coffre de voiture qui pu appeler la police, ou à tel autre randonneur tombé dans une crevasse. Tout n'est pas noir!

Lys 18/05/2008 11:01

c'est très troublant ce que j'apprends, j'ai souvent mes oreilles qui chauffent je ne savais pas pourquoi?mais je peut dire que mon portable reste allumé pour dès raisons familiale, je l'utilise moins presque plus, mais je ne peut pas me permettre de l'éteindre, que faire dans ce cas??????

lili 10/05/2008 00:38

convainquant... pour ma part, ce sera: à utiliser avec modération et acheter un réveil, au lieu de dormir la tête dans le micro-ondes. et surtout informer les jeunes qui sont accros grave. je commence dès demain par mon fils (15ans) et ses amis. devenir grand-mère, ça me dirait bien un jour...

Ingela 30/04/2008 18:08

Je te rassure, Hélène, on peut parfaitement bien se passer de portable, même de nos jours! Keep up the good work!

Hélène 30/04/2008 01:14

En plus des livres, je vous conseille d'aller vous informer sur les sites suivants: criirem; priartem; next-up; robins des toits; sante publique éditions... entre autres.
C'est un peu comme les additifs alimentaires: une fois qu'on est au courant, on fait ce qu'on veut de l'information.
Pour moi, le plus dificile n'est pas de me passer de portable (je l'ai eu pour mes 32 ans, c'est juste pratique, mais pas indispensable, ça ne fait pas totallement parti de ma vie.) Non, le pire, c'est de convaincre la famille, les ami(e)s, les voisins, tout le monde! Et surtout les jeunes!!! Et ça, c'est vraiment difficile: les ados sont nés avec un portable dans l'oreille (ou presque.) Je ne veux pas vivre dans un pays où dans 10 ou 15 ans les cas de cancers pédiatriques auront doublé ou triplé! Il faut donc informer, comme pour la cigarette il y a 20 ou 30 ans... Informer, et informer encore. On n'a pas le choix.
Hélène